Giverny le temps mauve

 

Vidéos-peintures

MUSÉE D’ART CONTEMPORAIN DE MONTRÉAL, Montréal, QC, Canada (1990)                                                                                            

Conservateur Réal Lussier                                                                                                                                                                  

Itinérance 49TH PARALLEL, New York, NY, USA (1991)   MUSEUM OF CONTEMPORARY ART- moCA, Cleveland, OH, USA (1993)

 

Texte de Réal Lussier, catalogue d’exposition

«  Giverny, c’est la lumière. En effet, ce sont les variations de la lumière qui modifient l’aspect des choses. À l’exemple de Monet, Suzanne Giroux tente aussi de saissir cette lumière naturelle qui enveloppe tout et qui n’est jamais tout à fait la même. Une lumière qui métamorphose les élémements de la nature et les rend en quelque sorte fluides et impalpables. Avec une telle préoccupation, les sujets privilégiés demeurent ceux qui offent la plus grande immatérialité, comme c’est le cas pour l’eau où tout n’est que reflets et vibrations. »

Texte de Manon Blanchette, catalogue d’exposition

« Il existe de ces oeuvres qui échappent au banal par la richesse des dimensions qu’elles proposent ainsi que par l’originalité et la cohérence de leur critique. L’exposition Giverny, le temps mauve, met en scène des oeuvres de cette intensité, elle met en scène des oeuvres qui enchantent, qui élèvent l’esprit et qui séduisent tout en permettant un cheminement de la pensée. (…)  Les vidéogrammes-peintures de Suzanne Giroux ne font pas que séduire, ils enchantent, ils soumettent le spectateur à une force hors du commun. Pendant que la magie s’installe, la pensée reste en éveil. Stimulée par l’objet de l’oeuvre et par la beauté de la représentation, la mémoire se laisse prendre au jeu. »

From an article of Ann Sargent-Wooster, Arts Magazine                                                                                                                                                                                               « Giroux’s work is one of duration. On her blurry surface we see plants, flowers, water, and insects moving in protracted time, like a pulse beating beneath the surface of the skin. The result were like giant aquariums gleaming in a dark room. (…) Its luminous green, drenched surfaces at time resembled the production of a « genuine » oil painting by printing a reproduction of a painting on canvas. Neither the blurs of the soft focus or the visible raster pattern (the visible vertical grid that appears when a video image is blown up) make the scene « painterly » in Monet’s way. Yet her cropped and blown-up image of water garderns also offer pleasures not available in Monet’s work. Because her work is based on real time, not the symbolic language of time Monet employed, we can see the lazy path of water skimmer, the gentle way of the water lilies, or trace the curving lines of a flying insect as it etches serpentines in the air like skater’s waltz. »